INITIUM

11 entrepreneurs limbourgeois créent un fonds d’investissement

[vc_row][vc_column][vc_column_text woodmart_inline=”no” text_larger=”no”]Onze entrepreneurs limbourgeois, dont Maarten Bynens, Luc De Werdt et Olivier Strauven, ont uni leurs forces dans le fonds d’investissement Renardmont. Le fonds vise à investir dans des entreprises du Limbourg. Premier cas : la reprise de Decoline à Pelt.

Renardmont (littéralement : Vossenberg) est une initiative de Maarten Bynens, qui, avec sa holding industrielle Initium, basée à Hasselt, coordonne sept PME dans le Limbourg. Il a réussi à convaincre dix autres entrepreneurs limbourgeois de créer ensemble un fonds d’investissement de et pour les entrepreneurs limbourgeois. Outre Maarten Bynens, le conseil d’administration est également composé de Luc De Werdt (ex-Deloitte).

“Nous voulons donner aux entreprises limbourgeoises dotées d’une bonne structure et d’un bon management la possibilité de se développer à long terme tout en s’ancrant dans le Limbourg”, explique Maarten Bynens. “Nous ne sommes pas là pour une vente rapide, ni pour quelques années, mais pour le très long terme.”

“Le grand avantage de Renardmont est qu’il s’agit d’une initiative d’entrepreneurs (principalement) limbourgeois”, déclare Luc De Werdt. “En tant qu’entrepreneurs, ils savent mieux que quiconque ce que les autres entrepreneurs ont à combattre. Outre la poursuite de l’internationalisation ou le développement de nouveaux produits, c’est souvent la recherche d’une solution structurelle pour l’avenir de leur entreprise et de ses salariés.”

L’achèvement du premier dossier est immédiatement le signal de l’ouverture au public. Decoline de Pelt est maintenant la propriété du nouveau fonds. Au cours des trente dernières années, Wim Verhoeven (62 ans) et Chris Cornelissen ont fait de l’entreprise un distributeur réputé de systèmes de suspension de rideaux. Ce créneau est reconnu dans le monde entier par les détaillants spécialisés et les décorateurs de fenêtres professionnels. Decoline emploie 40 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 7,2 millions d’euros.

“Nos deux enfants ont maintenant trouvé leur propre voie, et n’étaient pas intéressés par la poursuite de Decoline”, explique le couple. “La question s’est donc posée de savoir comment Decoline devait procéder. D’autres fonds d’investissement et des pairs de l’industrie ont manifesté leur intérêt, tant au niveau national qu’international. Abandonner notre bébé n’est pas facile émotionnellement. Mais avec Renardmont, nous nous sommes vite sentis à l’aise. Decoline est entre de bonnes mains, peut continuer à se développer et restera ancré dans le Limbourg.” Olivier Strauven (Wara), l’un des co-investisseurs de Renardmont, deviendra également administrateur de Decoline.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]